Aller au contenu principal

Cartographie des sites pressentis

Entrée du bois

Entrée du bois

1

Lieu n°1

Trouée

Trouée

Lieu n°2

Erable plane

Erable plane

Lieu n°3

Arbre tombé

Arbre tombé

Lieu n°4

Régénération

Régénération

Lieu n°5

Cabane

Cabane

Lieu n°6

Hêtre à ététer

Hêtre à ététer

Lieu n°7

L’arbre mort est un élément important de l’écosystème forestier. Qu’il soit encore sur pied ou bien au sol, il procure le gîte et le couvert à une multitude d’espèces. De nombreux insectes y pondent leurs œufs, dont les larves se nourrissent du bois mort. Plusieurs espèces d’oiseaux, comme les pics, y creusent également leur loge. Enfin, les champignons sont nombreux à se développer sur le bois mort, et en sont les principaux décomposeurs. Il est nécessaire de sécuriser les abords de chemins c’est pourquoi certains arbres sont abattus ou étêtés. Mais ailleurs ils sont dès que possible conservés pour leur haute valeur écologique (marquage peinture de couleur chamois).

Il s’agit ici d’un Hêtre. Sensible à la sécheresse du sol et de l'atmosphère, ainsi qu'aux vagues de chaleur, le hêtre est considéré comme l'une des essences les plus exposées au changement climatique.

Trou de bombe

Trou de bombe

Lieu n°8

Ouverture

Ouverture

Lieu n°24

Mare

Mare

9

Lieu n°9

Hêtre majestueux

Hêtre majestueux

Lieu n°10

Nouveau Cloiso

Nouveau Cloiso

11

Lieu n°11

Les sols forestiers sont sensibles à deux phénomènes : l’érosion et le tassement. Lors d’un chantier, ces phénomènes peuvent être accentués par un passage d’engins non adaptés à la pente et au climat. C’est pour cela que les forestiers créent des chemins spécifiques à l’exploitation : les cloisonnements. Calibrés pour les engins forestiers ces chemins facilitent l’évacuation des bois exploités en limitant le passage des machines sur des zones dédiées. Parfois ils peuvent aussi profiter aux promeneurs comme c’est le cas ici.

Cloiso Andain

Cloiso Andain

Lieu n°12

Les sols forestiers sont sensibles à deux phénomènes : l’érosion et le tassement. Lors d’un chantier, ces phénomènes peuvent être accentués par un passage d’engins non adaptés à la pente et au climat. C’est pour cela que les forestiers créent des chemins spécifiques à l’exploitation : les cloisonnements. Calibrés pour les engins forestiers ces chemins facilitent l’évacuation des bois exploités en limitant le passage des machines sur des zones dédiées. Parfois ils peuvent aussi profiter aux promeneurs comme c’est le cas ici.

Pin bio

Pin bio

13

Lieu n°13

Dès que c’est possible les forestiers optent pour une manière naturelle de régénérer les parcelles. Pour cela, ils pratiquent des coupes progressives consistant d'abord en une coupe dite « d'ensemencement », destinée à favoriser l'éclairement du terrain tout en laissant sur place des individus sains et adultes porteurs de semences de qualité, puis une coupe définitive en une ou plusieurs fois, après une installation satisfaisante des semis. On parle de régénération naturelle. Dans le cas où il n’est pas possible d’agir de la sorte on pratique une régénération artificielle c’est-à-dire à base de plants élevés en pépinières. Cela peut alors être l’occasion de choisir une nouvelle essence plus adaptée au futur climat.

Le pin présent ici est une trace de la régénération naturelle de la parcelle.

Clairière 1

Clairière 1

Lieu n°14

Clairière 2

Clairière 2

Lieu n°15

Clairière 3

Clairière 3

Lieu n°16

Arsene

Arsene

Site n°17

Sans voisin

Sans voisin

Lieu n°18

Bouleau

Bouleau

19

Lieu n°19

Chandelle

Chandelle

Lieu n°20

Hêtre tortueux

Hêtre tortueux

Lieu n°22

Lierre

Lierre

Lieu n°23

Point final